P1060400

Le mardi 21 janvier 2014, à Wroclaw en Pologne

Nous avons quitté ce matin-là Berlin sous la neige.

Notre train sera direct jusqu’à Wroclaw. 6h de train. 6h a regardé les paysages défilés.

La transaction entre l’Allemagne et la Pologne se fait petit à petit. On remarque que la Pologne est beaucoup moins industrialisée. Autour des stations de gare auxquelles notre train s’arrête, il n’y a rien. Seulement des paysages perdus sous la neige. C’est beau. Cela fait prendre un bon bol d’air, et cela change de la ville.

Nous arrivons à Wroclaw en fin d’après-midi. Nous avons réservé dans une auberge de jeunesse à 20minutes de la gare. Nous marchons. Peu satisfait de ce que nous voyons.

Des bâtiments pas très beau de partout. Les routes salies et devenues boueuses à cause de la neige.

Nous arrivons facilement à trouver notre auberge. A croire que nous commençons à nous habituer. Un bon point pour nous. L’accueil se fait dans le sourire. Un sourire qui sonne faux – forcé. C’est au moins ça. Nous arrivons dans notre chambre. La salle de bain et les toilettes seront sur le palier. Tout est propre. Nous croisons peu de gens dans le couloir. Nous disons « Hello ». Pas de retour. Nous n’exagérerons pas en disant que les regards étaient presque assassins. Bon… Peut-être que c’est seulement dans l’hôtel.

La nuit est déjà tombée à Wroclaw. Nous allons à la superette du quartier. Nous trouvons des spécialisées Française. Cool, on va goûter pour voir. Bof, et en plus on a jamais mangé de ça en France. Des gâteaux à la fraise… rien de très original. Problème, à la caisse, ils ne prennent pas la CB. Il faut aller retirer de la monnaie. Monnaie locale, le Zloty. Cela fait beaucoup de billet, pour pas beaucoup d’euros. La Pologne n’est pas chère comparée au reste de l’Europe.

Après le diner, douche, internet et dodo.

On nous a dit que le centre ville de Wroclaw valait vraiment le coup, nous avons hâte de voir ça de nos propres yeux.

Le mercredi 22 janvier 2014, à Wroclaw en Pologne.

Après un déjeuner improvisé dans le chambre, nous sommes partis avec nos vêtements les plus chauds pour visiter la vieille ville. Oh ce contraste avec le reste de la ville toute grise. Quelle agréable surprise! Le centre ville est splendide. Des bâtiments de toutes les couleurs.

Qu’il est agréable de flâner dans ce centre ville.

Pause midi, nous avons mangé un poulet au sésame. Pas mal du tout.

Nous avons continué notre visite. Il y a des petits gnomes à chercher partout! Tous différents. Qu’est ce que c’est drôle. Cela rend la visite du centre ville encore plus attractive.

Tous les gens que nous croisons nous regarde d’un mauvais œil. On aurait fait quelque chose de mal? On a quelque chose de bizarre sur nous? A part mon écharpe un peu orientale, tout est sobre sur nous.

Nous allons boire un café. Toujours pas d’accueil très chaleureux. Une chose est sûre c’est que la population de Wroclaw est tout sauf hospitalière. Dire que Wroclaw sera capitale de la culture européenne 2016. Faudra leur dire de faire un effort avec les touristes.

Ici, il fait très très très froid. Nous continuons de nous promener dans la ville, d’observer la population, d’entrer dans les boutiques pour voir les spécialités. Nous ne trouvons pas d’autres choses à faire. Ce fut quand même un bon moment. Nous allons au supermarché – prenons une bouteille de Miot Pitny (vin blanc au miel, spécialité Polonaise) et rentrons à l’auberge.

Apéro, diner, dodo.

Le jeudi 23 janvier 2014, à Kłodzko Glowne en Pologne

On quitte Wroclaw pour rejoindre Prague. On a plusieurs changements. Malheureusement, nous avons suivi l’itinéraire InterRail – le deuxième train n’existait pas. Nous allons nous renseigner au guichet. Pas un mot d’anglais. Pas grave, on mime et on se fait comprendre. La dame n’a pas l’air de vouloir nous aider, elle nous ignore. Décidément. On croise un contrôleur, on l’interpelle gentiment . Il nous envoie clairement balader. Nous n’avons plus trop envie de parler aux Polonais. L’énervement se fait ressentir. On se débrouille tout seul. 3h d’attente pour notre prochain train. Nous allons demander dans la gare pour voir si il y a du wifi. Elle ferme la fenêtre du guichet sans même nous répondre. C’est décidé, on abandonne toutes idées de contact avec la population locale pour le moment. Désagréable. Pas un sourire, rien.

On attend dans cette gare perdue de Pologne.

Notre train arrive. Les paysages défilent à nouveau. C’est beau la Pologne, mais les paysages sont froids et ternes – à l’image que la population nous a faite d’eux. Il est dur de juger sur deux jours. C’est plus fort que nous. Mauvaise image de la population, c’est dommage. Nous n’avons pas envie de retourner dans ce pays qui pourtant, nous en sommes sûr, a beaucoup de jolie chose à nous faire découvrir. Le contact avec les gens locaux a tout gâché.

Deux trains plus tard, nous arrivons en République Tchèque.

Malgré toute la bonne humeur et la joie qu’on a essayé de faire passer, nous n’avons eu aucun retour de la part des Polonais. Sauf, le Monsieur qui a fait notre Check Out de l’auberge – intéressé par les voyages et la France et qui était heureux de parler avec nous.

Quelques photos :

Retrouvez toutes les photos dans notre album Pologne

Si vous avez vécu une expérience totalement différente de la nôtre (et nous l’espérons de tout cœur!) faites nous en part, nous serions intéressés d’avoir votre témoignage.